Devenez écrivain et passez du rêve à la réalité

Vous souhaitez écrire et publier un livre ? Vous avez déjà un récit, une poésie ou un plan « qui pourrait servir de base » à un manuscrit ? Vous vous interrogez sur un mode d’édition et vous vous demandez comment vous y prendre ?

1. Faites-vous confiance

Coupez court à la petite voix intérieure négative qui vous rappellera immanquablement que vous n’avez pas de talent, ni de sujet intéressant, encore moins de… STOP ! Tout le monde peut devenir écrivain. Chacun a un savoir à transmettre, alors, on se lance et on écrit !

2. Structurez vos idées

Vous embarquez vos lecteurs, alors n’en perdez pas en route ! Vérifiez juste d’avoir prévu le nécessaire : la destination, les bagages, la route à suivre… En langage éditorial, cela se traduit ainsi :

  • La destination : à la dernière page de mon livre, qu’auront vécu/appris/retenu mes lecteurs ?
  • Les bagages : pour un roman, chaque personnage aura sa personnalité propre et son « épaisseur », même s’il reste secondaire. Dans une biographie, il sera indispensable de faire des renvois vers vos sources (comme un arbre généalogique ou des pièces d’état civil), ou pour un essai, il faudra rassembler tous documents, articles, études ou ouvrages qui viendront étayer votre propos.
  • La route à suivre : le cheminement de votre pensée sera immanquablement celui du plan ou « synopsis » de votre ouvrage. Il est indispensable, même dans le choix de l’ordre des poésies que vous publierez. Le plan, la structure, l’ordre apporteront la cohérence nécessaire à votre propos. Et ce sera plus facile de vous y retrouver vous-même et de compléter ici ou là certains passages.

3. Lancez-vous !

Qu’importe l’orthographe, vous vous ferez relire ! Alors allez-y en gardant en tête que c’est un défi contre vous-même que vous abordez : endurance, persévérance, doute, modification, peur, désespoir, joie, fierté, insatisfaction… Vous y passerez par toutes les étapes, couleurs, émotions, n’est-ce pas merveilleux ? Alors, pensez que c’est normal de devoir se re-motiver ou de se re-centrer quand on a la sensation de ne pas y arriver.

4. Gardez le cap

Le point final ! C’est le cap à tenir. Une date butoir de fin d’écriture est indispensable pour vous donner le rythme, éviter l’essoufflement et permettre les pauses.

Évidemment, la date de publication est un excellent objectif qui ne dépendra toutefois pas que de vous mais des éditeurs, imprimeurs ou autres diffuseurs. Alors préférez l’objectif premier de la date de finalisation de votre manuscrit. Vous pourrez plus facilement vous consacrer aux étapes suivantes de publication.

5. Publiez ou faites-vous éditer

Votre manuscrit en poche, faîtes-le relire par quelqu’un de confiance qui traquera les inévitables fautes d’orthographe : autant présenter un document propre, qu’il soit imprimé ou digital.

Les maisons d’édition ont leurs spécialités. Aussi, n’hésitez pas à arpenter les librairies ou à surfer sur leur site Web pour mieux les connaître et vérifier que votre ouvrage s’inscrit bien dans leur ligne éditoriale.

Notez que de nombreuses maisons d’édition scrutent les sites d’édition à compte d’auteur ou les plateformes d’auteurs ou de lecteurs… Pensez à y publier des extraits de votre manuscrit et appréciez-en les retours : peut-être votre texte y sera-t-il repéré/recommandé/mis en avant ?

Tentez l’aventure !

Articles à suivre : Quelle orthographe sera la bonne ?…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s